Régime ou rééquilibrage alimentaire ?

Parmi les candidats à la minceur, j’ai remarqué qu’il y a 2 camps, ceux qui se disent « au régime » et ceux qui parlent de « rééquilibrage alimentaire » et ne veulent surtout pas prononcer le mot « régime » !

Être au régime, c’est un peu comme entrer en pénitence, dans un monde de renoncement et de frustration, c’est faire la liste de tout ce qui est interdit ! Rééquilibrer son alimentation, c’est tout le contraire, puisque par définition on y trouve le mot « équilibre » nettement plus sympathique.

Mais concrètement, quelle est la différence ? Je dirais que lorsqu’on est au régime, il y a un début et il y a une fin, il y a l’avant-régime et l’après-régime. Le rééquilibrage alimentaire a lui aussi un début (et là j’ai bien envie de dire qu’il s’agit d’un régime) mais n’a pas de fin, quand on rééquilibre, c’est pour la vie. Si l’on parvient à rééquilibrer son alimentation, en principe, on est tiré d’affaires et on a plus à se battre contre les kilos, la démarche est donc intéressante, plus réfléchie et non contradictoire avec la notion de plaisir de la table. Mais bon, ne rêvons pas, il faudra quand même en passer par certains réajustements, s’il n’y a pas d’interdits au sens strict, il y aura quand même quelques restrictions et quelques choix douloureux ce qui nous ramène à notre fameux « régime » !

Ce contenu a été publié dans Régime, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Régime ou rééquilibrage alimentaire ?

  1. SuperFlo dit :

    Moi dans mon quotidien je le nomme « régime » parce que c’est plus rapide. Mais si je voulais être exacte je l’appelerais « nouvelle vie alimentaire », parce que je sais bien que ça n’est pas ponctuel, mais que c’est pour toujours.
    Pour l’instant je suis en mode « régime » mais après je passerai en mode « surveillance de l’équilibre ». C’est inévitable si je ne veux pas me retrouver à nouveau en mode « reprise et grand n’importe quoi ! »

    • Lucille dit :

      Tout à fait d’accord avec ton approche et pour moi la grande difficulté sera l’après-régime, car le plus dur, c’est la stabilisation, étape que j’ai toujours fini par « foirer » à plus ou moins long terme ! Donc, cette fois-ci pas question d’échouer, l’équilibre sera sous haute-surveillance ! enfin non, là j’exagère, parce que l’excès en toutes choses est toujours mauvais, faudra aussi que je sache être cool donc « surveillance de l’équilibre » comme tu dis, cool et bienveillante, mais surveillance quand même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *